Programme général

WHO’S AFRAID OF PERFORMANCE ART ? comme en-tête d’un festival qui sollicite plus d'une trentaine d’artistes nationaux et internationaux. Tout en interrogeant la réception de la performance actuelle, les programmations de Marie-Eve Knoerle et Jeanne Macheret (Piano Nobile), Madeleine Amsler (Ex-Machina) et Maya Bösch (GRÜ / Transthéâtre) se croisent et se répondent selon trois regards spécifiques sur le médium de la performance.
Ces différents axes proposés au public s’associent de volets théoriques et autres événements ; ils font suite au « Prix suisse de la Performance », organisé cette année par le Fonds d’art contemporain de la Ville de Genève, à l’origine du festival.


Partenaire principal: Fonds d'art contemporain de la Ville de Genève (FMAC)


Télécharger le programme (PDF)

«Avec ou sans parole», 6ème édition de Points d'impact
Performances du 11 au 13.11
Conférences les 14 et 15.11
Programmation : Marie-Eve Knoerle et Jeanne Macheret
(Piano Nobile)

Depuis 2005, le festival « Points d’impact » atteste d’un intérêt pour le médium de la performance à l’intérieur du programme de Piano Nobile. Au fil des éditions, un large éventail de possibles a été déployé, rendant compte de la variété et de la richesse des pratiques liées à un domaine éminemment transversal, à la frontière entre théâtre, littérature, danse, arts plastiques ou même cinéma. « Points d’impact » poursuit également la volonté de mêler des travaux d’artistes confirmés à ceux d’artistes en début de parcours.

Cette sixième édition, pointant sur une récurrence de la performance actuelle, accorde une attention particulière à des « figures de narrateurs », en parallèle à quelques démarches dont la forme est davantage « plastique ». Des « espaces discursifs » plus que « corporels » sont en jeu : les artistes prennent la parole, explorent les registres de l’art oratoire en s’appuyant sur des sources scientifiques ou d’autres documents et hypothèses personnelles. Si la parole constitue elle-même l’action dans les situations rejouées telles que la conférence, la visite guidée, ou encore le discours d’inauguration, les performances de cette programmation se créent aussi au travers d’objets manipulés, d’images ou encore de gestes simples ; pratiques fragmentaires du récit.
Deux conférences amèneront un point de vue théorique et historique sur des « figures de narrateurs-conférenciers-performeurs », des pratiques de l’oralité et sur des dispositifs spectaculaires qui leur sont associés.

« Jonctions »
Performances du 17 au 20.11
Programmation : Madeleine Amsler (Ex-Machina)

Le spectateur est invité à se confronter à des propositions qui interrogent les liens et les limites entre performance, sculpture et image.

Qu’il soit au centre de la performance ou qu’il disparaisse, le corps - et son rapport à l’objet ou la sculpture - est le fil conducteur des différentes propositions de « Jonctions ». L’objet ou la sculpture - même s’il peut continuer à perdurer après la performance - est dépendant de l’acte performatif puisqu’il ne peut s’élaborer sans lui.

Le processus de création est rendu visible à travers l’action devant un public et l’œuvre physique en résultant acquière une autonomie vis-à-vis de son créateur. D’autres artistes invités utilisent encore la performance comme un « laboratoire » d’expérimentations propice à nourrir leurs pratiques plastiques.

Les multiples possibilités de jonctions entre objets, espace, performeur et temps offrent aux spectateurs une grande diversité d’images en mouvement qui se métamorphosent. Il n’est pas question ici de catégoriser différentes pratiques artistiques, mais plutôt de réfléchir aux stratégies permettant leur déconstruction et ouvrir ainsi sur des territoires d’exploration communs.

Jonctions

«Jeter son corps dans la bataille!»
Maya Bösch (GRü / Transthéâtre Genève)
Du 24 au 27.11

Sensible au monde qui l'entoure, la programmation Jeter son corps dans la bataille! (24-27/11) pointe la parole politique, l’implication sociale et le réel engagement de cet art. Avec violence, humour et beauté. Ce que font, chacun à sa manière, Franko B, La Ribot, Enna Chaton, Mio Chareteau, Esther Ferrer, Ali Moini, Keith Hennessy, Julien Désanges et Yann Marussich. Le concept de cette programmation est de survoler l'histoire de la performance. En invitant quelques pionniers de la performance et quelques artistes de la jeune génération, je cherche à montrer non seulement le vaste éventail d'expression de la performance mais aussi les différents positionnements esthétiques : interprétation culturelle, sociale et politique - représentation d’un solo, d’un face à face, ou d’une pièce à plusieurs personnes - différentes prises de risques - ses interrogations propres et les nouvelles formes qu'elle produit. IMPRESSIONS sera une fresque d’environ 3 x 4m en sérigraphie crée par Christian Humbert-Droz et la complicité des élèves du CFPAA représentant des artistes qui ont marqué l’histoire de la performance (26).

Les invités de ce week-end sont des performeurs importants de la scène nationale et internationale mettant en jeu leurs corps, visant une expression, une poésie à chaque fois singulière. La plateforme théorique LISTE DES PRESENCES prolonge cette question du corps et particulièrement de la présence avec un débat entre artistes, théoriciens et publics (26).
Ce week-end de performances se concentre dans Le Commun du Bâtiment d'Art Contemporain (BAC). Deux créations de danse feront exceptions surprenantes et déroutantes au GRÜ à l’ouverture et à la clôture du festival (24 et 27) : L’autrichienne Doris Uhlich avec RISING SWAN et la française Mathilde Monnier avec une de ses dernières créations SOAPERA.
Beaucoup de pièces présentées ce week-end sont des Premières Suisses.

Des collaborations avec la HEAD (Haute Ecole d'art et de design – Genève), le Centre de la Photographie Genève et le Centre de formation professionnelle Arts Appliqués (CFPAA) sont nouées pour travailler collectivement à des tentatives et désirs et créer des invitations en commun.

Maya Bösch